Vivre à Lisbonne : la capitale portugaise est la 106ème ville la plus chère au monde pour les expatriés

Lisbonne n'est plus l'une des 100 villes les plus chères du monde, perdant 11 places dans un classement international qui intègre 209 grandes villes et mesure le coût de la vie des expatriés.

Mercer
Mercer
22 juin 2020, Rédaction

Le coût de la vie à Lisbonne a diminué en 2020. La capitale portugaise a perdu 11 places dans le classement « Coût de la vie 2020 », par le cabinet de conseil Mercer, et est désormais la 106ème ville la plus chère au monde à vivre pour les expatriés sur un total de 209 grandes villes. Dans le top 10 de la liste se trouvent 6 villes asiatiques, avec Hong Kong encore une fois en tête du classement. Tunis, capitale de la Tunisie, quant à elle, occupe la dernière position du classement.

Selon l'étude, « le prix de l'essence à Lisbonne (1,61 euros le litre d'essence à 95 octanes) est parmi les plus élevés, compte tenu des prix dans les autres villes incluses dans le classement ». D'autre part, et par rapport à la ville la plus chère du classement, « en regardant le prix moyen des produits de nettoyage, qui comprend les produits d'assainissement, les produits de nettoyage ménagers ou les détergents pour lave-vaisselle, la ville de Lisbonne a un coût moyen de 32,90 euros et Hong Kong, la ville la plus chère au monde pour les expatriés, a une valeur moyenne de 37,80 euros », conclut l'étude.

Dans le classement de cette année, Lisbonne devance Luanda (115ème place), la capitale angolaise, en tête de liste en 2017 et qui, l'an dernier, a terminé 26ème.

La deuxième ville la plus chère pour les expatriés est Ashgabat au Turkménistan, tandis que Tokyo (Japon) et Zurich (Suisse) restent respectivement en 3ème et 4ème places. Viennent ensuite Singapour (Singapour), New York (États-Unis), Shanghai (Chine), Berne (Suisse), Genève (Suisse) et Pékin (Chine).

L'étude de Mercer, qui a été développée pour aider les organisations multinationales et les gouvernements à définir des stratégies de rémunération pour leurs employés étrangers, utilise New York comme ville de base pour toutes les comparaisons.

« L'étude comprend plus de 400 villes à travers le monde. Le classement de cette année comprend 209 villes sur 5 continents et analyse et compare les coûts de plus de 200 articles à chaque emplacement, y compris le logement, le transport, la nourriture, les vêtements, les articles ménagers et les divertissements » a déclaré Mercer dans un communiqué.

Tiago Borges, responsable des récompenses chez Mercer Portugal, a déclaré que la pandémie de la COVID-19 avait eu un impact sur l'étude de cette année:

« Les fermetures de frontières, les perturbations des vols, le confinement obligatoire et d'autres perturbations à court terme ont affecté non seulement le prix des biens et services, mais aussi la qualité de vie des expatriés. » Il a ajouté que « les variations soudaines des taux de change étaient principalement dues à l'impact de la COVID-19 sur l'économie mondiale. Cette volatilité peut affecter la mobilité des employés de nombreuses manières, à cause des pénuries et de l'ajustement des prix des marchandises et services aux interruptions des chaînes d'approvisionnement ».

Prêt pour trouver la maison de vos rêves ?

Prêt pour trouver la maison de vos rêves ?

Trouvez des maisons à vendre et des locations à long terme sur idealista