Les experts rejettent une « bulle immobilière » et parlent d'un « changement de paradigme ».

conference.jpg
The "O Desafio" conference from 22nd May 2018 / @massimoforte/facebook
16 juin 2018, Rédaction

Près de trois cents personnes ont accepté le « Challenge » de Massimo Forte et Gonçalo Nascimento Rodrigues, spécialistes et consultants indépendants en médiation et investissements immobiliers, pour réfléchir sur le marché « Out of the Box » (en dehors du box ou au-delà, en référence au blog d'opinion du secteur immobilier et financier du même nom). Le marché immobilier portugais a changé, est en bonne santé et est recommandé. Selon les deux experts, il n'y a pas de bulle dans le secteur immobilier, mais plutôt un nouveau paradigme qui doit être confronté à une capacité d'adaptation.

Comment les acteurs du marché immobilier doivent-ils s'adapter à cette nouvelle réalité ?

Actuellement, au Portugal, nous sommes dans un marché de vendeurs, où la demande dépasse l'offre. Les prix de vente dans le secteur de l'immobilier continuent d'augmenter et la collecte de biens pour la vente est devenue un défi majeur. Des experts et des professionnels du secteur se sont réunis pour discuter de ce sujet et d'autres sujets le mardi 22 mai à l'aéroport de l'hôtel Tryp de Lisbonne.

« Êtes-vous prêt à relever le défi ? » Selon Massimo Forte, consultant indépendant spécialisé dans la médiation immobilière, et Gonçalo Nascimento Rodrigues, consultant financier indépendant en investissement immobilier et formateur en financement immobilier, responsable de la conférence, a reçu la présence de 300 personnes.

Quel est le grand défi aujourd'hui ?

Le marché est confronté à différents défis, mais Massimo Forte a décidé d'en souligner un en particulier. « L'un des grands défis, celui qui m'amène ici, est la professionnalisation du secteur », a déclaré le consultant immobilier à idealista/news en marge de la conférence. Forte a souligné l'importance de la médiation "doit être considérée comme une profession sérieuse" et non comme un ballon d'oxygène.

« La professionnalisation implique la formation, les compétences, les systèmes, ce qui signifie que tout défi sera surmonté. Pas de manière improvisée, mais en termes d'adaptation au moment et de préparation, comme dans le cas d'autres activités », a-t-il dit.

Est-ce que nous prenons des mesures dans cette direction ? Massimo Forte le pense, profitant de l'occasion pour souligner la « forte contribution des entreprises américaines au marché portugais, en termes de connaissances, de formation, d'apprentissage, de branding et de marketing ». Les entreprises portugaises suivent cette voie, ce qui signifie que le savoir-faire est le bienvenu.

Y a-t-il une bulle ou pas de bulle ?

Sommes-nous en train de vivre une période de bulle immobilière ou d'altération profonde d'un paradigme de marché ? La réponse à la question a été unanime : les experts considèrent que nous ne sommes pas confrontés à un scénario similaire à celui vécu, par exemple, en Espagne.

 « Non, nous n'avons pas de bulle. Nous pourrions avoir, tout au plus, de petites bulles », a déclaré Gonçalo Nascimento Rodrigues. La pression sur les prix qui a été ressentie dans des villes comme Lisbonne et Porto ne justifie pas, pour le consultant, le scénario de la bulle nationale qui est si souvent mis sur la table.

« Il est facile et attrayant de jeter la question de la bulle immobilière. C'est un vrai accroche-regard. Mais celui qui étudie ce concept sait qu'il n'existe pas. Si elle existait, elle serait très ciblée et localisée. Bien sûr, nous avons des zones spécifiques à Lisbonne et à Porto où les prix ont fortement augmenté, au-delà de ce qu'un Portugais peut se permettre parce qu'il n'a pas de revenus pour cela. Mais il faut comprendre que la croissance des prix est alimentée par la demande étrangère et non par la dette », a-t-il souligné.

Massimo Forte considère que cette idée est « alimentée par la peur ». « Tous ceux qui ont traversé le moment de la troïka, c'est-à-dire, qui ont vécu une bulle immobilière qui a éclaté.... Ils craignent que cela ne se reproduise, mais à mon avis, il ne faut pas avoir peur, il faut avoir la capacité de s'adapter aux marchés ».

« Je suis venu ici aujourd'hui pour parler de cette chose, de la capacité d'adaptation lorsque le marché change », a déclaré l'expert, qui, dans son discours, a essayé d'expliquer quels outils, méthodes et processus les agents devraient utiliser pour lever des fonds dans un marché immobilier en hausse.

Les mesures du gouvernement sont "inquiétantes".

Le paquet législatif sur le logement présenté par le gouvernement suscite l'inquiétude des experts. Les deux estiment que les propositions peuvent conditionner le marché.

 « Je considère qu'il s'agit d'un sujet de grande préoccupation », a déclaré Massimo Forte, en se référant aux mesures annoncées. « Si ces mesures font sortir les investisseurs, alors nous aurons un changement sérieux dans le marché », a-t-il dit, ajoutant qu'il est nécessaire de trouver des solutions pour le logement, mais sans oublier l'importance de continuer à attirer les investissements étrangers et nationaux.

 « J'ai remarqué avec appréhension ces changements possibles qui sont sur la table, en particulier le Local Accommodation (AL), qui peut faire disparaître subitement cet investissement », a-t-il conclu.

 « Ce que notre branche législative fait est complètement faux et inadéquat pour ce que nous voulons pour le marché », a fait valoir Gonçalo Nascimento Rodrigues.

« Si nous voulons parler du marché locatif, par exemple, nous devons partir de ce principe : il n'y a pas de marché locatif. Il ne vaut pas la peine de dire que le marché locatif fonctionne parce qu'il n'existe pas. Nous insistons sur le mauvais point », a déclaré le consultant financier.

 « Le problème est le manque d'approvisionnement. Il est nécessaire de réfléchir sur les raisons pour lesquelles il n'y a pas d'offre. Sans investisseurs, il n'y a pas de marché locatif. Et il y a de moins en moins d'investisseurs intéressés. Il y a un protectionnisme historique pour les locataires, au lieu de programmes de soutien aux locataires pour payer le loyer ». « Nous devons augmenter l'offre et subventionner les locataires si nous voulons avoir un marché locatif équilibré », a-t-il conclu.

Prêt pour trouver la maison de vos rêves ?

Prêt pour trouver la maison de vos rêves ?

Trouvez des maisons à vendre et des locations à long terme sur idealista