Les expatriés paient 50% de plus pour l’achat de biens immobiliers au Portugal

Quelles sont les tendances concernant les expatriés qui achètent des biens au Portugal ? / Gtres
Quelles sont les tendances concernant les expatriés qui achètent des biens au Portugal ? / Gtres
7 novembre 2018, Rédaction

On parle souvent de l'importance du rôle des investissements étrangers dans le dynamisme actuel du marché immobilier au Portugal. Aujourd'hui, de nouvelles données de l’Institut National de la Statistique espagnol (Instituto Nacional de Estatística ou INE) confirment officiellement cette tendance, affirmant qu'en 2017, 7,7% des propriétés portugaises ont été vendues à des résidents étrangers. Ce constat fait partie d'un rapport traitant « l'acquisition de biens immobiliers portugais par des non-résidents », dont l'objectif est « d'accroître les connaissances sur marché des transactions immobilières au Portugal ».

Les ventes de biens à des expatriés correspondaient à 11,5% du nombre total de transactions en 2017. En 2016, les données respectives étaient de 7,3% et 12,5%. L'indicateur le plus pertinent est toutefois la valeur moyenne des transactions : les maisons vendues à des acheteurs étrangers coûtent en moyenne 160 407 euros, soit près de 50% de plus que la valeur moyenne nationale s’élevant à 107 381 euros.

L'INE signale également que le nombre total de transactions immobilières a augmenté considérablement depuis 2014 (les biens urbains, ruraux et mixtes ainsi que leurs différents usages, en particulier le logement, le commerce, l'industrie, les services, etc.). Il s'agit d'une bonne nouvelle suite aux diminutions successives à partir de 2006, qui ont atteint leur point culminant en 2008, lorsque la réduction a été de 14,3 %.

En moyenne, depuis 2014, l'augmentation du nombre de transactions de biens immobiliers a été d'environ 12,5 %. En 2017, le nombre de transactions a augmenté de 13,5 % par rapport à l'année précédente (+14,9 % en 2016) et leur valeur globale a augmenté de 33,5 % (+20,5 % en 2016).

« Cette croissance est principalement due aux transactions de biens urbains, qui ont augmenté de 17,2% en nombre et de 34,1% en valeur. Cela signifie que leur valeur moyenne a augmenté d'environ 14 %, passant de 119 000 euros en 2016 à 136 000 euros en 2017 », explique l'INE, les expatriés étant l'un des principaux moteurs du marché pendant cette période.

Les Français, premiers acquéreurs de biens immobiliers au Portugal…

Comme l'année précédente, ce sont les résidents français qui ont acheté le plus de maisons au Portugal en 2017 (19,6% du total), selon l'INE. De 2012 à 2017, la France a toujours été en tête du classement de l'investissement immobilier portugais, de sorte qu'au cours des six dernières années, plus de 19 000 propriétés au Portugal ont été vendues aux résidents français.

« Ce résultat est en partie influencé par l'acquisition de biens immobiliers par des émigrants et des personnes à ascendance portugaise qui se sont installés dans le pays », indique l'INE. « Cette situation peut s’appliquer au cas de la Suisse, qui se situe parmi les 5 premiers pays de résidence des acheteurs de biens immobiliers portugais, avec un total de 5 200 transactions immobilières entre 2012 et 2017 ».

…suivis de près par d’autres investisseurs de taille

Les cinq principaux pays d'origine des personnes ayant acheté une propriété au Portugal en 2017 étaient la France, dont la part de marché s’élevait à 19,6 % suivie par le Royaume-Uni (16,2 %), le Brésil (6,9 %), la Chine (6,3 %) et la Suisse (5,5 %). À eux seuls, ils représentaient 54,5 % de la valeur des ventes aux non-résidents portugais l'an dernier.

Les premiers acheteurs de biens immobiliers portugais des 5 dernières années par pays
Les premiers acheteurs de biens immobiliers portugais des 5 dernières années par pays

Toutefois, en ce qui concerne le nombre de propriétés vendues, les données sont légèrement différentes. La France reste en tête avec près de 5 000 biens (28,3 % du total), suivie par le Royaume-Uni qui comptabilise environ 2 600 biens achetés (14,9 % du total), la Suisse (7,6 %), l'Allemagne (6,5 %) et la Belgique (4,7 %).

La Grande-Bretagne, en tête de liste en 2012 et 2015, a enregistré un total d'environ 12 300 logements achetés par ses résidents sur la période de six ans qui a fait l’objet de l’analyse. La Chine arrive en tête du classement en 2013 et 2014, avec un total d'environ 3 500 propriétés acquises par ses résidents.

Plus d'un demi-million d'euros par bien immobilier

En 2017, selon l'INE, 6,8% des biens vendus à des non-résidents avaient une valeur unitaire égale ou supérieure à 500.000 euros, soit 36,3% de la valeur totale. Le nombre et la valeur des biens immobiliers acquis par des non-résidents d'une valeur inférieure à 500.000 euros sont en augmentation depuis cinq ans, plus du double en nombre et en valeur par rapport à 2012.

Depuis 2013, les données montrent une tendance à la hausse de la valeur globale des propriétés qui ont changé de propriétaires, après une période de baisses successives depuis 2008 (-17,6% cette année-là).

« En 2014, cette croissance s'est renforcée, principalement en valeur, ces biens représentant près de la moitié de la valeur totale de l'ensemble des biens acquis par des non-résidents cette année-là », souligne l'INE, rappelant que c'est au cours de cette période que les permis de séjour visant à promouvoir l’investissement au Portugal (Autorizações de Residência em Portugal para Atividades de Investimento ou ARI), mieux connus sous le nom de « visas d'or », ont commencé à être délivrés.

L'Algarve et Lisbonne représentent plus de la moitié des transactions

C'est en Algarve et dans la région métropolitaine de Lisbonne que l'on trouve le plus d'immeubles acquis par les expatriés (53,8%). Sur les 226 617 propriétés en transaction en 2017, 29,7 % se trouvaient dans le Nord, 25,6% dans la région centrale et 25,1% dans la région métropolitaine de Lisbonne.

En ce qui concerne le volume des transactions, Lisbonne a représenté à elle seule 49,8% du total, le Nord arrivant en deuxième position (20,3%). La valeur moyenne des immeubles qui ont fait l’objet d’une transaction en 2017 était nettement plus élevée à Lisbonne (212 927 euros) et en Algarve (143 592 euros), qui ont toutes deux dépassé largement la moyenne nationale des prix des logements : 107 381 euros seulement.

Cependant, la répartition régionale du montant et de la valeur des biens achetés par les non-résidents était différente. L'Algarve est en tête en nombre (33,5%) et en valeur (42,8%) suivie par la région métropolitaine de Lisbonne, avec 20,3 % du nombre total de logements vendus et 35,0 % de la valeur monétaire totale.

En comparant la valeur des propriétés acquises par les acheteurs étrangers avec la valeur globale des transactions réalisées en 2017, l'Algarve se distingue, avec un poids de 40,9%. Vient ensuite la région de l'Ouest, où 16,4 % des ventes totales au Portugal ont été effectuées à des non-résidents.

Les acheteurs non-résidents au cœur des dernières statistiques immobilières

L'INE a saisi l'occasion pour expliquer qu'il « divulgue des informations sur les transactions immobilières dans le cadre de la publication de l'indice des prix du logement ». Il s'agit d'informations basées sur les relevés de l’Impôt Municipal sur les transactions immobilières onéreuses (Impuesto Municipal sobre Transmisiones Onerosas de Inmuebles ou IMT), « dans lesquels les valeurs divulguées ne concernent que les transactions correspondant à des logements familiaux, limitant ainsi l'offre de logements immobiliers ».

Les informations fournies actuellement pour la période 2012-2017 « ont une portée plus large et concernent également les biens autres que ceux destinés au logement », et les données utilisées « proviennent de registres et de notaires et sont collectées par la Direction Générale de la Politique de Justice du Ministère de la Justice du Portugal (Direção Geral da Política de Justiça do Ministério da Justiça ou DGPJ) ».

Les biens immobiliers sont ainsi classés en trois catégories - urbain, rural et mixte - et les relevés de transactions permettent l'identification du pays de résidence de l'acheteur. « La connaissance de cette caractéristique est particulièrement pertinente au vu de l'impact récent et croissant de la participation des non-résidents dans le secteur immobilier au Portugal », a déclaré l'INE.

Prêt pour trouver la maison de vos rêves ?

Prêt pour trouver la maison de vos rêves ?

Trouvez des maisons à vendre et des locations à long terme sur idealista